Distr.

GENERALE

CCPR/CO/82/MAR
1 décembre 2004


Original: FRANCAIS
Observations finales du Comité des droits de l’homme : Morocco. 12/01/2004.
CCPR/CO/82/MAR. (Concluding Observations/Comments)

Convention Abbreviation: CCPR
COMITÉ DES DROITS DE L’HOMME
Quatre-vingt-deuxième session


EXAMEN DES RAPPORTS SOUMIS PAR LES ÉTATS PARTIES
CONFORMÉMENT À L’ARTICLE 40 DU PACTE


Observations finales du Comité des droits de l’homme

MAROC


1. Le Comité a examiné le cinquième rapport périodique du Maroc (CCPR/C/MAR/2004/5) à ses 2234e, 2235e et 2236e séances (CCPR/C/SR.2234 à 2236), les 25 et 26 octobre 2004, et a adopté les observations finales ci-après à sa 2249e séance (CCPR/C/SR.2249), tenue le 3 novembre 2004.

A. Introduction

2. Le Comité se félicite de la présentation dans les délais du cinquième rapport périodique du Maroc (CCPR/C/MAR/2004/5). Il note avec intérêt les informations communiquées ainsi que les éclaircissements apportés par la délégation.

B. Aspects positifs

3. Le Comité prend acte avec satisfaction que, depuis la présentation du quatrième rapport périodique (CCPR/C/115/Add.1), le Maroc a poursuivi ses réformes démocratiques, adopté de nouveaux textes législatifs en ce sens (notamment le nouveau Code de la famille), et a mis en place l’institution de l’ombudsman (Diwan Al Madhalim).
4. Le Comité se félicite de l’engagement de l’État partie à poursuivre les réformes en vue de la pleine mise en œuvre des droits énoncés dans le Pacte, ainsi que de son intention d’adhérer au Protocole facultatif se rapportant au Pacte.
5. Le Comité se félicite de la pratique constante de l’État partie, depuis 1994, de commutation des peines de mort.
6. Le Comité se félicite de l’arrêt du 26 septembre 2000 de la Cour suprême du Maroc quant à la primauté de l’article 11 du Pacte interdisant la contrainte par corps pour non-respect d’une obligation contractuelle sur la loi et la pratique nationales. Il note avec intérêt le contenu de la lettre du 7 avril 2003 par laquelle le Ministre de la justice, se référant à l’arrêt de la Cour suprême sus-cité, demande aux procureurs généraux auprès des cours d’appel et aux tribunaux de première instance d’appliquer l’article 11 du Pacte et de renvoyer aux tribunaux les cas de toutes les personnes qui purgeaient de telles peines.
7. Le Comité note avec satisfaction l’existence d’un réseau développé d’organisations non gouvernementales de défense et de promotion des droits de l’homme dans le pays.
C. Principaux sujets de préoccupation et recommandations

8. Le Comité demeure préoccupé par l’absence d’avancées de la question de l’application du droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental (article premier du Pacte). 9. Le Comité regrette l’absence de données concrètes sur les interventions auprès de l’administration de l’ombudsman (Diwan Al Madhalim). 10. Le Comité est préoccupé du fait que la législation marocaine sur l’état d’exception reste vague, ne précise ni ne limite les dérogations qui peuvent être apportées aux dispositions du Pacte en cas de danger exceptionnel, et ne garantit pas l’application de l’article 4 du Pacte. 11. Le Comité manifeste sa préoccupation qu’alors même qu’aucune peine de mort n’a été appliquée depuis 1994 et qu’un grand nombre de condamnés à mort ont vu leurs peines commuées, le nombre d’infractions passibles de la peine de mort a augmenté depuis l’examen du dernier rapport périodique (article 6 du Pacte). 12. Tout en reconnaissant le travail accompli par le Comité consultatif des droits de l’homme (CDDH) dans la collecte d’informations et le dédommagement relatifs à la question des disparus, le Comité se déclare préoccupé du fait que les responsables de telles disparitions n’ont toujours pas été identifiés, jugés et punis (articles 6 et 7 du Pacte). 13. Le Comité est préoccupé du fait que l’article 26 de la nouvelle loi sur le séjour des étrangers permet le renvoi sans délai d’un étranger qui est considéré comme représentant une menace pour la sûreté de l’État, alors même qu’il pourrait être victime de torture ou de mauvais traitements ou risquerait la peine capitale dans le pays de réception. 14. Le Comité reste préoccupé par les nombreuses allégations de torture et de mauvais traitements à l’égard de personnes en détention et du fait que des fonctionnaires coupables de telles actions ne voient, en général, que leur responsabilité disciplinaire engagée pour autant qu’il y ait une sanction. Dans ce contexte, le Comité note avec préoccupation l’absence d’enquêtes conduites de manière indépendante dans les commissariats de police et autres lieux de détention, afin de s’assurer de l’absence de torture et mauvais traitements. 15. Le Comité considère comme excessive la période de garde à vue – 48 heures (renouvelables une fois) pour les crimes ordinaires et 96 heures (renouvelables deux fois) pour les crimes liés au terrorisme –, période pendant laquelle un suspect peut être détenu sans être présenté devant un juge. 16. Le Comité est préoccupé du fait que les prévenus ne peuvent bénéficier des services d’un avocat qu’à partir du moment où leur garde à vue a été prolongée (c’est-à-dire au bout de 48 heures ou de 96 heures). Il rappelle sa jurisprudence selon laquelle, en particulier dans des affaires où une personne risque la peine capitale, elle doit bénéficier de l’assistance effective d’un avocat à tous les stades de la procédure. 17. Le Comité demeure préoccupé par les rapports sur les mauvaises conditions d’incarcération dans les prisons, et notamment l’insuffisance des soins médicaux, l’absence de programmes éducatifs de réinsertion et l’absence de lieux de visite (articles 7 et 10 du Pacte). 18. Le Comité est préoccupé par le fait que quelques représentants d’organisations non gouvernementales se sont vu saisir leurs passeports, les empêchant ainsi de prendre part à une réunion d’organisations non gouvernementales sur la question du Sahara occidental à l’occasion de la cinquante-neuvième session de la Commission des droits de l’homme à Genève (articles 12 et 19 du Pacte). 19. Le Comité reste préoccupé du fait que l’indépendance de la magistrature n’est pas pleinement garantie. 20. Le Comité est préoccupé du fait que le Code pénal permet de qualifier toute «atteinte grave par la violence» comme constitutive d’un acte terroriste. Il est également préoccupé par de nombreuses informations faisant état de l’application rétroactive de la loi sur la lutte contre le terrorisme adoptée le 28 mai 2003. 21. Le Comité est préoccupé par les limites de fait apportées à la liberté de religion ou de conviction, notamment par l’impossibilité, en pratique, pour un musulman de changer de religion. Il rappelle que l’article 18 du Pacte protège toutes les religions et toutes les convictions, anciennes et moins anciennes, grandes ou petites, et comporte le droit d’adopter la religion ou la conviction de son choix. 22. Le Comité prend note des informations fournies par l’État partie selon lesquelles, d’une part, le service militaire obligatoire est de caractère subsidiaire, n’intervenant que dans le cas où le recrutement de professionnels est insuffisant, et, d’autre part, l’État partie ne reconnaît pas le droit à l’objection de conscience. 23. Le Comité est préoccupé par des rapports persistants selon lesquels des journalistes ont été assujettis à des amendes ou ont été harcelés dans le cadre de l’exercice de leur profession. 24. Le Comité reste préoccupé du fait que, souvent, la délivrance du récépissé de déclaration préalable de réunion donne lieu à des abus, ce qui revient de fait à limiter le droit de réunion, garanti par l’article 21 du Pacte. 25. Le Comité a pris note de divers rapports faisant état de limitations au droit à la liberté d’association. 26. Tout en se félicitant des progrès réalisés dans le domaine de l’éducation, le Comité reste préoccupé par le nombre encore élevé d’analphabètes, particulièrement chez les femmes. 27. Le Comité est préoccupé par l’interdiction en droit des mariages entre des femmes de confession musulmane et des hommes d’autres religions ou convictions (articles 3, 23 et 26 du Pacte). 28. Le Comité est également préoccupé par le niveau élevé de cas de violence domestique contre des femmes. 29. Le Comité note avec inquiétude que l’avortement demeure une infraction pénale en droit marocain sauf s’il est pratiqué pour sauver la vie de la mère. 30. Le Comité regrette que le nouveau Code de la famille, tout en limitant le recours à la polygamie, ne l’a pas abolie pour autant, alors même qu’elle est attentatoire à la dignité de la femme (articles 3, 23 et 26 du Pacte). 31. Le Comité note que le travail des enfants reste répandu au Maroc, malgré l’interdiction de travail des personnes âgées de moins de 15 ans par le nouveau Code du travail. 32. Le Comité note qu’un enfant né de mère marocaine et de père étranger (ou dont la nationalité n’est pas connue) est traité différemment, quant à l’obtention de la nationalité marocaine, par rapport aux enfants de père marocain. 33. Tout en se félicitant de l’adoption du Code de la famille, le Comité note avec préoccupation que les inégalités entre femmes et hommes subsistent dans le domaine de l’héritage et du divorce. 34. Le Comité prie instamment l’État partie de diffuser dans plusieurs langues le texte des présentes observations finales, auprès tant du public que des autorités législatives et administratives. Il demande que le prochain rapport périodique soit largement diffusé dans l’opinion publique, notamment auprès de la société civile et des organisations non gouvernementales qui opèrent au Maroc.
35. Le Comité fixe au 1er novembre 2008 la date de présentation du sixième rapport périodique du Maroc. Le rapport devrait traiter tout particulièrement des préoccupations formulées aux paragraphes 12, 14, 15 et 16 et des autres problèmes soulevés par le Comité dans les présentes observations finales.

©1996-2001
Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights
Geneva, Switzerland